Lyric'Art Média

Faire de la culture la valeur la mieux partagée…

GENERALMAGAZINEMODENEWS

MODE : Handi Fashion, quand Mode rime avec Handicap

Partagez!

L’univers de la mode est de plus en plus sous le feu des projecteurs depuis quelques temps au Bénin. Mannequin, Modèle Photos, Égéries de marques se bousculent pour imposer leur dynamique. Au cœur de cette actualité, le handicap est encore quasi inexistant dans le secteur de la mode au Bénin. Pourtant le créateur à pourvu ces jeunes femmes de merveilleuse et sublime atout naturel (allure, forme, corpulence, beauté…) à valoriser. De plus nos créateurs de mode semblent occulter ce segment de clientèle qui a tout aussi droit à une identité et un style authentique comme tout autre. Là où certaines institutions ou certains secteurs entendent refléter toute la diversité de notre monde, d’autres sont encore en retard. Où en est-on aujourd’hui sur l’inclusion dans la mode ?

Par Sinclair Bellonne

Selon les récentes statistiques de l’OMS, environ 15% de la population mondiale présentent une forme ou une autre de handicap (soit un peu plus d’un milliard de personnes). Une majeure partie de cette population manque de visibilité et reste exposés aux abus et inégalités.

La Bénin très en retard sur le Handi Fashion

Selon Handicap International, au Bénin, les personnes handicapées restent fortement stigmatisées : le handicap y est perçu comme une fatalité ou une punition. Cette perception évolue progressivement, notamment grâce au travail de sensibilisation et de plaidoyer mené par les organisations de personnes handicapées. Toutefois, l’accès à l’éducation, à l’insertion professionnelle ou à des soins adaptés reste difficile.

Si dans le fond la nature n’a pas exclue les femmes handicapées des atouts naturels et esthétiques, le secteur de la mode semble ne pas vouloir les inclure, du moins au Bénin. En dépit de timides actions entreprises à leur égard et qui se limite à la fabrication des bijoux et perles, les femmes handicapées sont exclues des podiums, soirées et défilées de modes, des shooting artistiques, modèles photo ou Egéries de marques de beauté. Les créateurs de modes toutes préoccupés par leur clientèles traditionnelles semblent oublier un segment de clientèle en quête d’identité et d’authenticité mais aussi de belles, jeunes et merveilleuses personnes qui pourraient véhiculer cette identité à travers des créations dédiées et des défilés inclusifs. Tout porte à croire que notre pays semble bloquer dans son temps et peine à apporter plus d’inclusion dans ses défilés et à mieux représenter sa population, pourtant riche en terme de diversité.

Ludmila, 22 ans, handicapées moteur regrette les restrictions qui ne lui permettent pas de valoriser son bel corps sur scènes par des tenues glamour, stylées et ancré dans les valeurs locales. « Amoureuse de la mode locale et ardente défenseure des valeurs culturelles Africaines, j’ai une forte envie d’exprimer cette richesse sur scène, je suis belle, Dieu m’a pourvu d’une belle forme pour être mannequin mais aucune agence ni évènement ne semble vouloir de nous… »

Diane, 30 ans, couturière (haute couture) et handicapés d’un bras souligne que les handicapées ont du goût et consacrent énormément de ressources à leur images mais sont toujours mal appréciés par la société. « C’est toujours une joie pour moi de confectionner des tenues pour les handicapés. C’est des personnes très sensibles et très attentionnées. Elles dépensent énormément pour soigner leur images par des modèles sur mesure original et authentique que même les personnes normales ne font pas mais malheureusement, parce-que handicapées, on ne prend même pas la peine de nous regarder jusqu’à nous apprécier… c’est dommage »

Roméo, 35 ans, directeur d’agence de évènementiel avoue n’avoir jamais pensé à la faisabilité de la chose, « nous sommes dans la mouvance de la tendance et personne n’a pu créer la tendance de la mode handicapées jusque-là, pourtant ces filles et femmes s’habillent bien et son tout aussi belle que les autres. Je crois que c’est une situation à corriger et apprivoiser ce segment de clientèle encore inexploité… »

Des avancées notables à l’étranger ?

Le handi fashion même s’il n’est pas au sommet de sa gloire commence par prendre ailleurs. En France, au Etats – Unis et dans d’autres pays des défilés et Marques se positionnent avec les mannequins et modèles photos handicapées.

Nathan Bréchon, Directeur adjoint de l’événement Inclusiv’Day – Groupe Les Echos-Le Parisien (LVMH) publie : À l’occasion de l’édition de Milan de la Fashion Week 2022, la marque Versace a par exemple fait défiler Precious Lee, mannequin noire qui incarne au niveau mondial la mode plus-size, c’est-à-dire les vêtements grandes tailles. Victoria’s Secret s’est notamment démarquée l’année dernière: elle a choisi comme égérie le mannequin portoricaine Sofía Jirau, atteinte de trisomie 21. Porteuse de la même maladie, le mannequin Ellie Goldstein est quant à elle l’égérie de la nouvelle campagne d’Adidas «Always Original», centrée < sur les individualités de chacune et de chacun. Autre exemple, la marque Moschino a sélectionné Aaron Philip, mannequin noire, transgenre et en fauteuil roulant, pour représenter sa collection Printemps/Eté 2022, dévoilée à New York en septembre dernier.

Plus proche de chez nous, en côte d’ivoire, fashionunited.fr rapporte que l’initiative, en 2021, d’un défilé de mode des mannequins handicapés revient à Grâce Bého, amputée de l’avant-bras après un accident de la route, qui a créé il y a six mois la Fondation Mougnan (“Avancer malgré les difficultés” en langue guéré de l’ouest de la Côte d’Ivoire).

“Je pense que ces femmes qui vont nous regarder, qui n’ont pas encore cette confiance en elles, (…) vont s’assumer et se montrer à la face du monde telles qu’elles sont”, espère la jeune femme à sa descente du podium. Leslie Antsere souffre d’une neurofibromatose, une maladie incurable qui déforme le visage. Après avoir défilé, elle confirme et se réjouit d’avoir participé à “une manifestation qui lui évite d’avoir honte d’elle”.

“Même en situation de handicap, nous pouvons nous surpasser et faire plein de choses. Vaincre le handicap, c’est s’accepter soi-même, le regard et la critique de la société ne pourront pas déteindre sur notre personnalité” renchérit au micro la maîtresse de cérémonie Nelly Aka, debout sur de hauts talons malgré un handicap aux pieds.

En espérant que le Bénin, dans sa grande richesse culturelle, emboitera assez vite le pas et mette en valeur la beauté des mannequins handicapés à travers des évènements de mode, Il faut tout de même faire attention au handi-washing, c’est-à-dire le risque que les marques ne fassent que de l’affichage, sans pour autant adapter leurs collections aux personnes en situation de handicap ni proposer des défilés plus représentatifs de la population mondiale.

@LAM/SB

Découvrez plus de contenus en téléchargeant gratuitement le Magazine « Lyric’Art Mag N°77 » ! Cliquez ici!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *