TRIBUNE N°5 : Agnon Flora DONGBEHOUNDE et l’ISMA honorent le Bénin au FESPACO 2021

Partagez!

 »Aux âmes bien né, la valeur n’attend point le nombre des années… » Ce proverbe africain s’illustre fort bien à travers mademoiselle Agnon Flora DONGBEHOUNDE, cette jeune étudiante de l’ISMA sacrée meilleure jeune réalisatrice de film d’école au FESPACO 2021.

Découvrons à travers ce numéro de Lyric’Art Tribune la lauréate et son œuvre.

Par Sinclair F.

Agnon Flora DONGBEHOUNDE

Lyric’Art Tribune : Bonjour Flora, vous êtes revenus au pays avec une belle distinction du FESPACO, en attendant d’en parler, que peut-on déjà savoir de vous ?

AFD : Agnon Flora Dongbéhoundé est une scénariste, réalisatrice, artiste visuelle, qui vit et travaille au Bénin. Je suis diplômée en réalisation cinématographique et audiovisuelle à l’Institut Supérieur des Métiers de l’Audiovisuel (ISMA) et est titulaire d’une attestation en post-production 2d /3d. Dans une démarche assez singulière, les œuvres je propose s’inspirent de faits réels avec une touche de folie qui m’est propre.  

Lyric’Art Tribune : « Intraduisible décision », tout est parti de là, comment s’est construite cette œuvre dans votre esprit ?

AFD : Je me devais de faire une œuvre pour soutenir. J’ai ensuite réfléchi à comment aborder le thème que j’avais en tête et pas à pas j’ai écrit le scénario.

Lyric’Art Tribune : Pourquoi ‘’ La résilience face au viol…’’ plutôt que la pauvreté ou la précarité des femmes ?

AFD : Parce que je pense que ces femmes qui essaient d’avancer malgré ce qu’elles ont vécu sont une source d’inspiration, une source de courage, de fierté.

Lyric’Art Tribune : Quels sont les sentiments que vous éprouvez, après avoir reçu ce prix ?

AFD : Je suis heureuse et fière. C’est comme une récompense pour tous les efforts consentis.

Lyric’Art Tribune : un mot de fin

AFD : Merci à vous, à l’ISMA grâce à qui j’ai pu avoir une formation de qualité me permettant d’avancer dans la vie active. Merci également à ma famille, à mon équipe technique et artistique et à tous ceux qui ont contribués de près ou de loin à ce succès. Et bien évidemment merci à moi-même.

Lyric’Art Tribune : Merci pour votre disponibilité et surtout à l’ISMA qui porte toujours haut l’étendard du cinéma béninois et africain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.