SEIVE : Nous avons des talents, il nous manque juste de bon producteurs…

Partagez! (Share!)

Nous avons des talents, il nous manque juste de bon producteurs… Le Bénin est un four tout, il faudrait qu’on puisse s’identifier et ça passe par nos traditions…

Nous recevons pour vous un jeune talent de la musique Béninoise qui s’évertue à promouvoir nos rythmes et langues sur un air de modernité, je le laisse se présenter…

Lyric’Art : Bonjour Sèivè, vous êtes artiste béninois, merci de vous présenter s’il vous plait à nos lecteurs

Sèivè : Bonjour, à l’état civil c’est Sèivè Julius DENAKPO, mon nom d’artiste c’est Sèivè et je fais partie du groupe 11 Avril.

Lyric’Art : Sèivè fait quel genre de musique ?

Sèivè : Sèivè au départ était dans le rap traditionnel mais au fil du temps j’ai commencé par faire de la musique moderne d’inspiration traditionnelle. Je suis dans les deux tendances, je suis sur les deux pans, la musique moderne comme traditionnel. Et en plus je fais également du Soyoyo, ce rythme inventé par Robinson Sipa.

Lyric’Art : Comment est-ce que Sèivè a commencé la musique ?

Sèivè : J’ai commencé la musique par la danse, déjà en sixième au CEG dans la ville de Cotonou où j’ai grandi. A la sortie des classes avec les camarades ont dansaient sur des morceaux Congolais c’était le dombolo dans le temps. Mais il fut un temps où j’ai raté une année à cause d’un accident, cela ne m’a plus permis de continuer par danser convenablement comme j’en avais l’habitude. Je ne voulais pas laisser mon monde, du coup je me suis dit si je ne peux pas danser je peux toujours chanter. Et c’est comme ça je me suis mis à chanter et j’ai découvert le second membre de mon groupe et on a formé 11 Avril.

Lyric’Art : Avec votre groupe vous avez combien d’album à votre actif ?

Sèivè : Nous sommes deux Ola et Sèivè et nous avons deux albums à notre actif, le premier sorti le 05 Février 2006 et le second 11 Avril 2O10.

Lyric’Art : Quelles sont les thématiques que vous avez abordé dans vos albums ?

Sèivè : Sur les deux albums selon les thématiques on aborde la société, parce qu’on se dit être les portes voix de la société. Tout ce qui ne va pas dans la société nous on le dit par la chanson, on conseille à travers les chansons, tout ce qu’il faut pour que notre société puisse se sentir mieux, on se dit que c’est nous qui allons le faire, donc à travers nos chansons nous abordons ces thèmes-là.

Lyric’Art : Qu’est-ce que Sèivè pense de la musique béninoise ?

Sèivè : La musique béninoise a un bon avenir devant elle. Il y a un cinq ans la population ne faisait pas confiance aux artistes ? Aujourd’hui on peut entrer en boite et danser exclusivement que de la musique béninoise et de jour en jour on consomme de la musique béninoise. Ça veut dire qu’il y a un éveil de conscience, il y a un travail qui se fait de jour en jour. Nous avons des talents, il nous manque juste de bon producteurs. Il faut qu’on puisse trouver notre chemin, qu’on puisse définir notre propre musique, nous démarquer des nigérians des congolais et des camerounais etc. Le bénin est un four tout, il faudrait qu’on puisse s’identifier et cela passe par nos traditions.

Lyric’Art : Comme vous l’aviez dit la musique d’il y a 10 ans n’est plus celle d’aujourd’hui, que pensez-vous des artistes qui relèvent aujourd’hui la musique béninoise comme Fanicko, Sèsimè ou encore Blaaz ?

Sèivè : Je suis fier d’eux, ce sont de vrais talents, ils ont beaucoup travaillé pour être à ce niveau-là. Je souhaite qu’on ait davantage de talents. Fanicko aujourd’hui est le porte étendard de la musique béninoise, partout où il va il fait la fierté des béninois, il hisse haut le drapeau béninois. Sèsimè c’est une diva de la musique. Qu’on veuille ou non il y a une génération qui est en train de naitre dans la musique. Entre temps il y avait des artistes comme les SAGBOHAN, Angélique KIDJO, Danialou etc, aujourd’hui on connait d’autres nom c’est-à-dire que, demain il y aura encore des artistes plus talentueux. Tous ces artistes font un travail remarquable, j’en suis fier.

Lyric’Art : Sèivè a-t-il des albums en cours ?

Sèivè : Oui j’ai un album en cours. Je ne sais pas si je le ferai avec mon groupe, puisque depuis trois ans je ne suis plus avec le second membre du groupe. J’ai dû venir dans la ville de Parakou pour des raisons professionnelles alors je ne sais pas comment se fera le travail. Je ne peux donc attendre. Actuellement je travaille en studio je prépare des morceaux, dans deux mois j’aurai un premier single solo qui sera sur le marché. En 2018, je ferai sortir un album de 12 titres.

Lyric’Art : Quels sont les thèmes que vous que vous abordez dans le nouvel album ?

Sèivè : J’aborde la vie, l’amour, l’union pour l’Afrique, l’indépendance pour l’Afrique.

Lyric’Art : A part la musique Sèivè fait-il autre chose dans sa vie ?

Sèivè : Oui à part la musique je suis réalisateur clip vidéo, monteur infographe, je suis en plein dans l’audio-visuel. Quand je ne suis pas au studio je suis à la télévision, je suis le chef monteur et infographie de l’antenne régionale E.télé de Parakou. J’anime également une émission ‘’Buzz News’’.

Lyric’Art : Un mot de fin

Sèivè : D’abord merci à tous ceux qui nous lisent. Je suis resté dans l’ombre pour mieux murir, pour mieux servir les populations, d’ici là quand l’album sera sur le marché qu’elles n’hésitent pas à acheter les disques.

Lyric’Art : Un contact ?

Sèivè : Je suis 97-27-80-77

Lyric’Art : Merci à vous pour ce temps que vous avez accordé à notre rédaction et bonne suite à vous ?

Lyric’Art N° 0043 – Septembre 2017, itw: Rachidath SARRE KOTO

Pour lire gratuitement l’intégralité,

 


Partagez! (Share!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *