Moise KEREKOU, a propos de l’Union Sociale Libérale: Clarification des contours sémantiques du Social-Libéralisme

Partagez! (Share!)

Une extrême confusion règne depuis la création du Parti Union Sociale Libérale (USL). Je veux me donner le plaisir d’éclaircir les contours sémantiques du social-libéralisme et d’éclairer sur ce courant de pensées politiques.


Le social-libéralisme est un courant de pensées politiques alliant les deux idéologies dont il se compose : le socialisme et le libéralisme. Il tend à atténuer et à corriger les effets négatifs et pervers du libéralisme sauvage et du socialisme utopique. On peut dire qu’il fait la synthèse des deux idéologies.

Le libéralisme est une idéologie de droite tandis-que le socialisme est une idéologie de gauche. Le social-libéralisme n’est pas une idéologie élaborée en tant que tel puisqu’il emprunte déjà de deux idéologies; on l’assimile plutôt à un courant centriste.

Le libéralisme prescrit la liberté économique et la non intervention de l’Etat. Il peut rapidement basculer vers l’ultra libéralisme, le capitalisme et l’individualisme. Quant au socialisme, il est fondé sur la propriété collective et l’intervention de l’Etat. Il peut aussi facilement basculer vers l’autoritarisme, le communisme et la dictature. Le social-libéralisme promeut la liberté économique encadrée par l’Etat garant la justice et de l’équité. Il s’accorde sur un minimum d’intervention de l’Etat.

Le social-libéral veut s’assurer que dans la pratique gouvernementale, la liberté économique dont il est le promoteur ne se fera pas au détriment des couches sociales vulnérables et des libertés individuelles. Disons plutôt qu’il est contraint à adopter cette attitude par les masses populaires dans l’exercice du pouvoir d’Etat.

Le social-libéralisme se pose comme un rempart contre l’extrémisme des deux idéologies fondamentales. C’est un courant centriste. Plus précisément du centre droit. Il n’est pas à confondre avec la social-démocratie qui elle se réclame du centre gauche.

Le social-libéralisme est le libéralisme humble qui reconnaît ses limites et accepte d’emprunter des idées du socialisme qu’il a combattu farouchement. Il a une forte dominance de libéralisme. Tandis-que la social-démocratie est le socialisme modéré qui reconnaît aussi ses limites ou son échec, et accepte d’emprunter des idées du libéralisme. Ici la dominance est le socialisme.

Au figuré, on peut dire que les deux courants de pensées politiques sont des fils à papa qui tendent à se rapprocher, à se donner la main dans la pratique gouvernementale après les échecs qu’ont connu les pères: le libéralisme et le socialisme.

Pour finir je dirai que les contours sémantiques du social-libéralisme pourraient être mieux perçus si on utilisait plutôt ces termes : libéralisme social. Ceux qui professent ce courant de pensées politiques sont des sociaux-libéraux ou plutôt des libéraux-sociaux. Autrement dit, des libéraux qui poursuivent leurs intérêts économiques tout en étant préoccupés par les questions sociales, par le bien-être social.

Lyric’Art Média / SF


Partagez! (Share!)

2 pensées sur “Moise KEREKOU, a propos de l’Union Sociale Libérale: Clarification des contours sémantiques du Social-Libéralisme

  • 5 avril 2018 à 10 h 03 min
    Permalink

    L »argumentaire et la méthode des cheminots ne sont pas acceptables face à la stupidité de la politique pseudo libérales : je dis pseudo car ce qui est mis en oeuvre de déregulations et de désengagement de l »Etat est un libéralisme devoyé par rapport à Adam Smith. Le sujet sur lequel il faut communiquer est que la concurrence est présentée positive pour le client consommateur. OR la réalité des dernières décennies a été une tendance à la hausse des prix et de diminution de la qualité de service car dans ce pseudo libéralisme là le partage de la valeur ajoutée est toujours au bénéfice de l »actionnaires et des investissements dans les paradis fiscaux au détriment des investissements productifs, des salaires, de la formation et donc du moyen et long terme. Emmerder les salariés et fragiliser l »économie de la France n »est pas la bonne méthode alors que les turpitudes des politiques pseudo libérales européennes sont au grand jour.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *