SNews/Bénin – PAP/SSR : Les Responsables des Associations des Artisans de Parakou adhèrent au Projet PAP/SSR pour le bonheur des apprenties…

Partagez!

Promouvoir de façon efficace les Droits et la Santé sexuels et Reproductifs (DSSR) constitue un défi important du Projet d’Appui à la Promotion des Droits des Femmes et la Santé Sexuelle et Reproductive (PAP/SSR) financé par l’Ambassade de France au Bénin au titre des Projets Innovants des Sociétés Civiles et Coalitions d’Acteurs (PISCCA) et mise en œuvre à Parakou par l’ONG AJDAC. C’est dans ce cadre qu’une séance de d’information et de sensibilisation des associations d’artisans de Parakou le 06 Juillet 2021 à la maison des artisans de ladite ville.

Sinclair F.

Souhaiter par le Collectif des Artisans du Borgou, la séance d’information et de sensibilisation des associations d’artisans de la commune de Parakou a été une effectivité dans la soirée de ce 06 Juillet 2021. La forte présence des responsables des associations des artisans dénote de l’importance de cette séance pour le Collectif qui a fait un travail de mobilisation remarquable. La salle de réunion de la maison des artisans gérés par le Collectif des artisans a servi de cadre pour cette rencontre qui a été très riche en débat.

A l’entame de cette rencontre, Dr Lauriane SALIFOU BIO, Responsable Suivi & Evaluation du projet PAP/SSR a fait comprendre à l’assistance les raisons qui ont conduit l’ONG AJDAC à initier le projet PAP/SSR à l’endroit des jeunes filles déscolarisées en situation d’apprentissage de 14 à 22 ans. Dans son intervention, elle a ressortis qu’un recensement des filles déscolarisées en situation d’apprentissage dans tous les ordres de métier sera effectué dans les 58 villages et quartier de ville de Parakou et 1160 de ces filles, âgées de 14 à 22 ans bénéficieront d’une consultation médicale et une prise en charge gratuite puis formées en fabrication e savon liquide amélioré afin de contribuer à renforcer leur résilience à la pandémie de COVID-19.

Elle a pour finir solliciter l’appui des associations présente afin que les responsables d’atelier soient informés et puisse accorder aux apprenties le temps de participer aux activités recensement, de sensibilisation, de consultation/prise en charge et de formation au moment opportun avant de laisser la parole au médecin pour sa présentation.

A la suite de la RSE, Dr Juste DANHOUEGNON à entretenue l’assistance sur l’aspect médicale du projet. Il a abordé entre autre les questions relatives à la sexualité des jeunes et ses conséquences. Les thématiques comme les infections sexuelles, la grossesse, l’avortement clandestin ont été débattu sans langue de bois. Il a pour finir exposées les possibilités de contraception comme alternative à une vie sexuelle épanoui chez les jeunes avant d’ouvrir le bal des questions/préoccupations et suggestion. Différents intervenants ont pris la parole, d’autre pour saluer l’initiative, d’autres pour soumettre une préoccupation liées à la SSR et certains pour s’opposer à la promotion de la contraception et la vulgarisation des informations de SSR aux apprenties. Selon eux, informer les apprenties sur les droits et la Santé Sexuels et reproductifs reviendrait à les encourager à la débauche et l’irrespect. Un des intervenants à soutenue que si la sexualité est devenue un problème aujourd’hui, c’est parce que l’excision a été interdite. Le Médecin après avoir écouté les uns et les autres à apporter les réponses adéquates à chaque préoccupation.

Pour finir, le président de l’ONG AJDAC de passage a pris la parole pour repréciser les objectifs que le PAP/SSR vise et les attentes à l’endroit des associations d’artisans. Il a ajouté qu’à Parakou, les apprenties constituent la couche la plus exposée aux dérives sexuelles et la plus active sexuellement. Il finira par l’exemple de cette fille de 19 ans rencontré au CHUD lors d’une des activités de l’ONG AJDAC qui étaient à sa troisième grossesse consécutive pour un homme de 60 ans et qui a été entretenue sur la SSR. « Si j’avais eu ces informations assez tôt, je ne serais pas dans cette situation, ma vie ne serait pas aussi misérable…, a-t-elle chuchotée ». Elle ne survivra malheureusement… ceci pour rappeler que nous sommes tous coupable de la situation actuelle et qu’il serait responsable que nous prenions conscience et que nous nous rattrapions car avec ou sans nous les filles aujourd’hui sont hyper active sexuellement et la tendance va en croissance. Soyons donc de bons parents, de bons patrons et de bons ainés pour cette jeunesse ! Va-t-il conclure.

Rappelons que le projet PAP/SSR est financé par l’Ambassade de France au Bénin au titre des PISCCA 2021 et mise en œuvre dans les 58 localités de Parakou par l’ONG AJDAC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *