ENTRETIEN : Sam le terrible “Je veux être la nouvelle étoile du cinéma qui fait bouger le monde. DJIMON HOUNSSOU et BELLA AGOSSOU l’ont fait … J’y travaille…”

Partagez! (Share!)

« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années» dit-on mais parfois on occulte un parcours atypique fait de vicissitudes, de difficultés et d’errances.

Le désormais jeune acteur du cinéma n’a pas manqué ces étapes, en effet, cet essayiste culturel hors pair a touché presque à tout avant de commencer par se révéler par l’actorat. Du théâtre en passant par la musique, la danse, l’animation, l’humour… la route aura été longue.

Sam le terrible ou Samuel R. AMENYENU KWAME à l’état civile à plusieurs participations cinématographiques a son actif dont la dernière dans le Film «KUTONU» du célèbre réalisateur Béninois Aymar, un film qui passe actuellement sur la chaine A+ dans le bouquet Canal+.

Lyric’Art Mag : Bonjour Sam, tu as un parcours impressionnant et varié, comment te qualifies-tu toi même ?

Sam le Terrible : Je peux dire que j’ai fait un pas. Je ne pourrai me vanter et dire que je suis le meilleur! Au contraire je continue de me battre pour être toujours créatif car tant qu’il reste à faire rien n’est encore fait.

Lyric’Art Mag : Comment vis-tu cette diversité professionnelle ?

Sam le Terrible : C’est un plaisir pour moi et je vis cette diversité très bien mais il arrive des fois ou je suis perdu ou confus me retrouvant dans toutes activités parce qu’il faut après tout que je me specialise, cela me permettra d’être aussi concentré et incontournable.

Lyric’Art Mag : De la danse au cinéma, qu’est-ce qui a été le plus difficile ?

Sam le Terrible : Difficile à dire franchement. Au cinéma il faut bûcher le texte, jouer. donner le maximum au réalisateur et c’est ton image qui est en jeu Si c’est mal fait ça se sait, ça ne ment pas … cela ne sous entend pas que la danse est facile car c’est du sport c’est gardé les pas d’une chorégraphie quoi qu’en soit sa durée.

Lyric’Art Mag : Penses-tu que la Jeunesse peut espérer mieux de la culture au Bénin?

Sam le Terrible : Oui mais qu’elle sache qu’elle ne doit pas attendre et croiser les bras. Les autorités politiques comprennent de mieux en mieux l’importance de la culture…

Lyric’Art Mag : Quelle est ta plus grande motivation?

Sam le Terrible : Ouf on évolue mais lentement malgré les efforts qu’on fait. Nous n’avons pas de production et les peu qui sont là tarde à sortir. Le Béninois que nous sommes nous avons du mal à nous unir et peu de personne osent. Le Togo a commencé le cinéma récemment mais déjà croît… j’ai honte souvent quand ils parlent production.

Lyric’Art Mag : Tes ambitions pour le futur?

Sam le Terrible : Aller me faire former, découvrir d’autres réalités, Collecter des fonds et réaliser une série avec les enfants. Être l’ambassadeur d’une grande marque ou d’une maison de production. Être la nouvelle étoile du cinéma qui fait bouger le monde. DJIMON HOUNSSOU et BELLA AGOSSOU l’ont fait … J’y travaille.

Réussir. Avoir mon style. LEONARDO DICAPRIO, OMAR SI, THOMAS NJIJOL, DJIMON HOUNSSOU… quand je vois ces phénomènes je me dis que ça sera dur d’ailleurs rien n’est «easy» mais on y arrivera. Ça motive…

Lyric’Art Mag : Que dirais-tu aux jeunes qui te lisent en ce moment ?

Sam le Terrible : Que je les aime et de ne attendre personne. s’ils ont une idée qu’ils se jette à l’eau. De nos jours on tourne des films avec des portables. Avec de maigres moyens et ça devient le buzz. L’avenir nous appartient, courage et force à nous. Faisons-nous remarqués. L’avenir appartient à ceux qui créent et innovent…

Lyric’Art Mag : Et pour finir ?

Sam le Terrible : Je salue ma mère, AMÉGNINOU Christine, qui est tout pour moi; mes frères jumeaux Laurent et Laurelle Laurence qui m’ont toujours encouragé mais qui ne sont plus là. A la famille SEHOU, à Flash Prod et à tous ceux qui me suivent sur ma page Facebook, instagram, YouTube (Sam le terrible). Mon feu père coucou à lui depuis les cieux est abonné à ma page.

Lyric’Art Mag : Merci pour votre disponibilité et pour nous avoir accordé ce laps de votre précieux temps.

Itw : Sinclair Fadonougbo

 

Lyric’Art Mag N° 0068 – Novembre 2018, @Lyric’Art Média / SF

Pour lire gratuitement l’intégralité,


Partagez! (Share!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *