57 vues

Entretien : Mister La Foudre « L’artiste Béninois doit pouvoir bien jouir de son art et il faut qu’on s’impose à l’international… »

Quelques années déjà qu’il fait parler de lui dans le septentrion par son talent et sa détermination, le vécu de tout ce qui nous entoure, voilà ce qui a poussé l’artiste à prendre le micro. Lionel PADONOU Alias la Foudre puisque c’est de lui qu’il s’agit a opté pour la musique urbaine il croit en la musique béninoise et fait du devenir de celle-ci une affaire personnelle. Allons à la découverte de l’homme.

Lyric’Art Mag: Bonjour, Présentez nous la foudre svp!

La Foudre : A l’état civil je suis PADONOU Lionel mon nom d’artiste est Mister La Foudre je suis artiste de la musique béninoise originaire de la capitale.

Lyric’Art Mag : Dans quel rythme est-ce que vous évoluez ?

La Foudre : Je fais de la musique urbaine notamment le rap et de l’R&B. En bref tout ce qui est tendance urbaine.

Lyric’Art Mag : Que représente la musique pour vous ?

La Foudre : La musique représente tout pour moi, Depuis le début au lycée, mes parents n’ont pas du tout voulu que je fasse la musique et pourtant je l’ai fait jusqu’à présent, c’est pour moi le moyen d’exprimer mon état d’âme et vu que je suis un homme très optimiste et réaliste, mes textes dégagent souvent cette joie de vivre.

Lyric’Art Mag : La foudre a combien d’album à son actif ?

La Foudre : Je n’ai pas encore d’album à mon actif mais quelques singles officiels. On peut compter huit (08) singles officiels.

Lyric’Art Mag : Quelle est votre chanson que le public à le mieux aimé ? Pourquoi cette préférence du public selon vous ?

La Foudre : Le public a plus kiffé mon single dénommé ‘Ne baisse jamais les bras’. La raison, je ne sais pas trop. Mais je suppose que c’est à cause du message que je passais à travers cette chanson. Elle est aussi bien rythmique et mélodieuse.

Lyric’Art Mag : Quelle est la source d’inspiration de la Foudre ?

La Foudre : Je m’inspire de la vie. Du vécu des autres et de mes propres expériences. Cependant l’imagination n’en manque pas aussi.

Lyric’Art Mag : Qu’est-ce qu’un artiste chanteur, un vrai selon vous ?

La Foudre : Un vrai artiste selon moi, c’est quelqu’un qui doit être humble et doit travailler son art au quotidien. Ne jamais se dire qu’il est trop fort et dormir sur ses lauriers, surtout que la musique évolue de jours en jour. C’est aussi quelqu’un qui doit être un exemple pour ses fans.

Lyric’Art Mag : Que vous inspire la musique béninoise ?

La Foudre : Concernant la musique de mon pays je peux dire qu’il y a beaucoup de talents. Des gens qui font du bon boulot et de jolis concepts. Ce que je déplore est que cette industrie n’est pas encore très bien organisée chez nous. Il faut donc que les choses se fassent dans ce sens. L’artiste doit pouvoir bien jouir de son art et il faut qu’on s’impose à l’international.

Lyric’Art Mag : Que répondez-vous à ceux qui pensent que les jeunes artistes du Nord-Bénin ne travaillent pas ? Que faut-il faire dans ce sens ?

La Foudre : Je vous assure qu’il y a assez de talent à Parakou ; c’est vrai qu’il y a certains brebis galeux, ça n’en manque jamais. Le nord manque de moyens et d’opportunités pour exprimer ses vrais potentiels. C’est maintenant que les choses prennent timidement grâce à certains acteurs de la chose musicale qui y croient. Que les autres les accompagnent et apportent leur pierre à l’édifice.

Lyric’Art Mag : Vous êtes étudiant à la Faculté des Sciences Agronomiques (FSA) à l’Université de Parakou ; dites-nous comment vous vous en sortez avec les études et la musique en même temps?

La Foudre : Je remercie Dieu et je peux dire que ça va. J’ai pu concilier les deux même si ce n’était pas facile au départ. Je soutiens même mon master en sciences agronomiques très prochainement.

Lyric’Art Mag : Un diplôme de plus pour les études, et que nous réserve très prochainement la Foudre dans le domaine de la musique ?

La Foudre : j’ai sorti en décembre passé un single intitulé ‘’elle m’a fumé’’ avec deux amis Flamme et Djito5 dont le clip est pour très bientôt. Je suis actuellement dans un projet de sons ‘’team layno, initié par le producteur de son Layno ; les sons et clips de ce projet sont en train d’être bouclés et feront parlé d’eux les mois à venir. Mon plus grand projet, c’est de travailler dur et me faire connaitre de tout le public béninois d’ici la fin de cette année 2018.

Lyric’Art Mag : Que proposez-vous pour rénover la musique béninoise en générale et celle du Nord en particulier?

La Foudre : Les promoteurs culturels doivent appuyer la chose musicale. Des chaînes télés qui ont pour seul but la promotion de la musique béninoise doivent être créées. Les ingénieurs doivent plus se perfectionner. Les beatmaker ont aussi leur rôle. Toute l’industrie doit être revue. En ce qui concerne le nord, tous les artistes doivent s’unir. Ils doivent proposer des morceaux professionnels et aussi plus perfectionner nos production .Les promoteurs locaux du nord devront également faire la promotion de leurs artistes.

Lyric’Art Mag : Votre mot de la fin.

La Foudre : Je remercie Lyric’art de m’avoir permis de m’exprimer et d’éclairer le public sur ma carrière artistique. Je crois en la musique béninoise.

Lyric’Art Mag : La foudre merci d’avoir accepté notre invitation

La Foudre : C’est moi qui vous remercie.

Interview : Raymonde KPLAÏ

 

Lyric’Art Mag N° 0055 – Avril 2018, @Lyric’Art Média / RK

Pour lire gratuitement l’intégralité,

Partagez! (Share!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *