Entretien : Martial ELE « La musique représente pour moi une mission que je dois accomplir… »

Partagez! (Share!)

Martial ELE, jeune et talentueux dans son art, vit le jour le 30 Juin 1991 à Niamey. Très tôt le germe de la musique a commencé par grandir en lui. Ainsi il a choisi de faire le piano. Après plusieurs années d’expériences dans la musique populaire à travers les orchestres, il a décidé de faire de la musique gospel.

La suite de cet entretien nous permettra de mieux le connaître.

Landry ALLOWANOU

Lyric’Art Mag : Bonjour Monsieur, présentez-vous s’il vous plait

Martial ELE : Je m’appelle Kalofey Martial ELE, pianiste gospel et coach à Wilpac Gospel Académie.

Lyric’Art Mag : Racontez- nous un peu votre parcours artistique

Martial ELE : J’ai commencé la musique dans le groupe des enfants à l’Eglise Catholique St Jean de Yantala à Niamey au Niger mais avant ça j’étais percussionniste dans le groupe traditionnel des ressortissants de Dassa. Une fois au Benin après le CEP, j’ai abandonné la musique pour le Basketball pendant à peu près 5 ans. J’ai alors intégré la chorale St Luc de la paroisse Sacré Cœur de Dassa où j’ai commencé mes cours de Piano. Une fois à l’université, j’ai intégré la chorale Ste Famille de Tankpè en tant que pianiste où mes aventures avec les orchestres ont commencé…J’ai fait la connaissance de mon maître il y a trois ans et ma vie musicale a complètement changé.

Lyric’Art Mag : Que représente la musique pour vous ?

Martial ELE : La musique représente pour moi une mission que je dois accomplir

Lyric’Art Mag : Vous êtes coach à l’académie de musique Wilpac Gospel Sensible, parlez-nous un peu de cette académie

Martial ELE : Je suis assistant coach à Wilpac Gospel Sensible académie ; c’est un laboratoire d’harmonie sensible du gospel. La vérité libère et mes études à l’académie sur l’harmonie du gospel m’ont ouvert les yeux. Nous travaillons l’harmonie du gospel avec des musiciens qui jouent sur les instruments harmoniques essentiellement le piano et la guitare. De plus nous enseignons le piano, nous aidons les enfants dans la reconnaissance des notes.

Lyric’Art Mag : Pourquoi avoir choisi la musique gospel ?

Martial ELE : J’ai finalement opté pour la musique gospel parce qu’après avoir parcouru pas mal de genres musicaux, c’est dans cette musique là que j’ai trouvé un sens à ma vie à travers l’évangile du Christ.

Lyric’Art Mag : Qu’est ce qui est le plus gratifiant dans votre pratique musicale ?

Martial ELE : Le plus gratifiant dans ma pratique musicale c’est de pouvoir comprendre l’harmonie d’une œuvre musicale

Lyric’Art Mag : Et le plus difficile ou décevant ?

Martial ELE : Le plus difficile est le travail quotidien ou la fréquence du travail, pouvoir faire ses exercices tous les jours pendant une durée déterminée

Lyric’Art Mag : Quelle reconnaissance attendez-vous du public et des autorités ?

Martial ELE : Je n’attends aucune reconnaissance du public ou des autorités, ce qui est le plus important pour moi c’est la récompense qui m’attend en tant que chrétien ayant Christ dans sa vie

Lyric’Art Mag : Vous sentez vous isolé, ou pensez-vous qu’il existe suffisamment de structures pour vous permettre de vous exprimer?

Martial ELE : Je ne me sens pas isolé, néanmoins je pense que les quelques structures qui existent doivent mieux s’organiser pour que chacune ait un objectif précis.

Lyric’Art Mag : Pensez-vous que les artistes ont un rôle social au Bénin ? Si oui lequel ?

Martial ELE : Oui, ils ont un rôle éducatif à travers leurs compositions, sur les bonnes manières, le vivre ensemble et surtout le plus important l’amour du prochain.

Lyric’Art Mag : Comment voyez- vous l’avenir de la musique au Bénin ?

Martial ELE : Je pense que d’ici quelques années ; 05 à 10 ans la musique gospel béninoise se fera plus remarquer. Quand la musique jouée à l’Eglise atteint un certain niveau, elle a un impact positif sur toutes les autres musiques puisque presque tous commencent la musique à l’Eglise.

Lyric’Art Mag : Et maintenant carte blanche, si vous vous avez des réponses à des questions que nous n’avons pas posé et qui vous semblent importantes, allez-y

Martial ELE : En tant que jeune musicien béninois, il faut être patient quand on travaille son instrument, le temps résout beaucoup les problèmes. Prends le temps qu’il faut pour mieux comprendre les notions musicales et les digérer avant de passer à autre chose. Chercher à connaître et à comprendre les bases de la musique. Cessons de penser et de dire que tout ce dont on a besoin en tant que musicien est sur Youtube. La présence d’un ainé est primordiale et prend tout son sens.

Itw : Landry ALLOWANOU

Lyric’Art Mag N° 0065 – Septembre 2018, @Lyric’Art Média / LA

Pour lire gratuitement l’intégralité,


Partagez! (Share!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *