80 vues

Entretien : MAFF – AFFO « La musique béninoise n’évolue pas parce que les artistes béninois ne sont pas sociables avec leurs pairs… »

Partagez! (Share!)

De son vrai nom AFFO MAMA Amzat, Maff-Affo est un artiste béninois. Depuis 2004, il y fait carrière. Il est originaire de Nikki, précisément d’Agourou dans le département du Borgou.

Il dispose à son actif 4 albums, des singles et des featurings. Il s’exprime musicalement en quatre langues, savoir le bariba, le dendi, le fon et le français pour égayer son public.

Allons à la découverte de l’Artiste.

Par Gracia GODONOU

 

Lyric’Art Mag : Bonjour Maff-Affo, présentez-vous à nos lecteurs svp !

Maff-Affo : Bonjour, je suis Maff-Affo, à l’état civil AFFO MAMA Amzat. Artiste-Rappeur-Compositeur-Musicien.

Lyric’Art Mag : Dans quel rythme évolue Maff-Affo ?

Maff-Affo : Je suis le plus souvent dans le Hip-Hop mais à un certain moment de ma carrière, j’ai dû varier en faisant un mélange de rythme pour amener tout le monde à mieux se retrouver dans ma musique. Même avec le Hip-Hop, on fait de l’afro beat qui est une musique dansante aujourd’hui qu’on écoute partout dans le monde entier. Je peux mélanger du tradi à l’afro beat pour sortir un truc, l’important c’est qu’il soit bien reçu et consommé par le public. L’essentiel, c’est de donner au public ce qu’il veut entendre et non se baser sur son propre style.

Lyric’Art Mag : Expliquez-nous un peu l’Afro-beat…

Maff-Affo : L’Afro beat c’est du dansant. C’est né du Nigéria où sur les beats dansants, on fait du hip-hop. Le morceau ‘’Collé la petite’’ du Camerounais Franco par exemple, c’est de l’Afro beat.

Lyric’Art Mag : Comment avez-vous débuté votre carrière musicale ?

Maff-Affo : J’ai commencé à prendre goût à la musique en 2003 ; mais j’ai écrit mes textes en 2004. J’étais dans une maison où il y avait un groupe de Rap dénommé ‘’Positif Control’’. A force de les écouter, j’ai pris goût et c’est comme cela qu’en 2004, on s’est dit un des frères du groupe ‘’Positif Control’’ nommé Liam’s et moi, pourquoi ne pas commencer par écrire nos propres textes. Nous avons donc formé le groupe ‘’NFT’’ qui veut dire ‘’Notre Force Tranquille’’.

Lyric’Art Mag : Parlez-nous un peu de votre parcours.

Maff-Affo : En 2005, le groupe NFT composé de Liam’s et moi s’est mis ensemble avec le groupe Positif Control pour former le groupe ‘’Zone Dévolution’’. Après le groupe ‘’Zone Dévolution’’, en 2006, je devais partir pour Ouidah pour faire la classe de 1ère. Avant d’y aller, mon groupe a commencé à se disloquer et c’est en ce moment que j’ai fait mon premier Single chez Vitus. Par la suite, j’ai participé à un concours Hip-Hop au Sud et j’étais le Premier. L’un des membres de jury m’a découvert, il s’appelle Joao, il est aujourd’hui en France ; il m’a fait un morceau ‘’Vidomègon’’, qui était passé sur le club RFI de Parakou à l’époque. Je suis donc revenu à Parakou en 2007 où les singles ont commencé à s’enchaîner. Ce n’est qu’en Décembre 2009 que j’ai sorti mon premier album de 17 titres intitulé ‘’Nord-Bénin’’. En Décembre 2012, le deuxième album ‘’Ninnan, 17 titres a également vu le jour. En 2013, j’ai sorti un mix tape, c’est à dire un mini-album de six titres appelé ‘Mon origine’’. Enfin, j’ai sorti mon premier album vidéo de 10 titres dénommé ‘’Ninnan’’ en Décembre 2015. Durant mon parcours musical, j’ai fait des featurings tant au Nord qu’au Sud. Au Sud, c’était avec Nasty Nesta CCC, Rim’K avant sa mort. J’ai fait deux morceaux avec Ali de Porto. J’ai aussi fait des featurings avec Oksaf qui est aujourd’hui en Europe, le général Ola qui est aujourd’hui Enseignant à Nikki, Yve Sedjro, Roccah qui était resté dans CCC, Mutan, Dagger à Cotonou et Ischaq. Au Nord, j’ai fait des featurings avec Bourous’man, Siba Franco, Baguibado, Barassounon Seidou. Globalement c’est ceux dont je me souviens.

Lyric’Art Mag : Avez-vous un modèle musical ?

Maff-Affo : En réalité, il ne suffit pas pour moi que quelqu’un sache bien chanter pour être mon modèle. Je considère comme modèle musical, celui qui a pu s’en sortir grâce à la musique seulement. Ici mon modèle, c’est Bourous’man.

Lyric’Art Mag : Quel message passez-vous souvent au travers de vos chansons?

Maff-Affo : Je suis plus social. Je parle plus des faits de société.

Lyric’Art Mag : Quelle est votre source d’inspiration ?

Maff-Affo : C’est la femme. La femme parce que contrairement à ce que d’aucuns peuvent penser, c’est un être ouvert, sans hypocrisie selon moi. Elle est comme l’enfant. Quand tu es sur podium, et l’enfant apprécie, il ne se retient pas ; c’est pareil pour la femme qui est tout le contraire de l’homme.

Lyric’Art Mag : Quelles vertus un vrai chanteur, artiste, doit-il incarner ?

Maff-Affo : Un vrai artiste selon moi doit être discret, humble et respectueux ; car sans le respect même si tu as le talent, tu n’iras pas loin.

Lyric’Art Mag : Que pensez-vous de la musique béninoise en Général, et des artistes béninois en particulier ?

Maff-Affo : Ça n’évolue pas mais il y a les talents. Je le dis parce que les artistes béninois ne sont pas sociables avec leurs pairs, comme c’est le cas des artistes de l’extérieur. Ils ne travaillent pas main dans la main. Entre artistes on est jaloux, donc c’est à cause de nous artiste, que la musique béninoise n’évolue pas.

Lyric’Art Mag : Que nous réserve Maff-Affo très prochainement ?

Maff-Affo : J’évolue selon l’inspiration et le temps. Si l’inspiration me vient, je programme une sortie. Aussi, il faut savoir qu’au Bénin, quand tu veux sortir un album, si tu n’as pas un parrain, ce n’est pas facile. Donc je ne peux pas dire exactement ce que je vous réserve.

Lyric’Art Mag : Que peut-on faire selon vous pour que la musique béninoise se développe ?

Maff-Affo : Entre artistes, oublions la jalousie et collaborons pour une bonne cause.

Lyric’Art Mag : Votre mot de fin !

Maff-Affo : Vive la musique du Septentrion et courage à tout le monde parce qu’actuellement, dans le pays, ça ne va pas. Prions avec le Gouvernement en place, pour que les choses puissent mieux aller. Car la politique en réalité, c’est pour tout le monde ; tout le monde doit intervenir, et prier parce qu’après tout, nous sommes tous béninois.

Lyric’Art Mag : Maff-Affo merci de nous avoir accordé cette interview.

Maff-Affo : C’est moi qui vous remercie.

itw : Gracia GODONOU

 

Lyric’Art Mag N° 0057 – Mai 2018, @Lyric’Art Média / GG

Pour lire gratuitement l’intégralité,


Partagez! (Share!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *