Entretien : EMERCYR “Le Bénin, c’est un pays qui te pousse à travailler, si le public béninois t’acclame c’est qu’ailleurs le public va t’acclamer…”

Partagez! (Share!)

EMERCYR, à l’état civil ADONON Cyrus Émeric S. est un jeune artiste urbain qui a pris goût à la chose musicale très tôt. Il a su mixé le kpanouhoun (Rythme de rassemblement exécuté souvent par les femmes des coopératives lors des meetings ou fête) exécuté avec des petits plats percés aux abords et portant des anneaux en fils de fer solide, qui une fois tapée dans la paume de la main résonne.

Votre magazine culturel numérique et de divertissement LYRIC’ART MAG s’est approché de la jeune étoile montante de la musique urbaine. Il a accepté nous parler de sa carrière et de son rêve.

Par Pharès AKONHOUNKPAN

Lyric’Art Mag: Bonsoir EMERCYR, vous êtes artiste chanteur, rappeur, auteur, compositeur et arrangeur pour ne pas dire beat maker de la place. Quelles tendances musicales faites-vous ?

EMERCYR : Wè euh ! Je suis ravi d’être avec vous aujourd’hui, merci. Je fais de la variété style Afro, du RAP, du zouk, enfin tout rythme possible qu’une chanson pourrait m’inspirer pour varier mon style.

Lyric’Art Mag : Pourquoi avoir choisi de faire la musique ?

EMERCYR : Ounh ça c’est la question qui me fait le plus rire. Je n’ai pas choisi de faire la musique, au fait j’ai grandi avec la musique, même ma respiration ça donne de la musique en fait. Quand je parle ainsi c’est parce que j’ai commencé à bas âge, déjà avec les chorales à l’église et tout donc j’ai grandi dans ça.

Lyric’Art Mag : EMERCYR fait quoi d’autre à part la musique ?

EMERCYR : A part la musique je fais un peu de commerce, mais la musique prend la majeure partie de mon quotidien. La musique est en grand plan. Je ne fais quasiment rien à part la musique

Lyric’Art Mag : Est-ce à dire que la musique peut nourrir son homme ?

EMERCYR : Si, la musique peut nourrir son homme bien qu’au Bénin, elle ne nourrit pas telle qu’on le souhaite puisque dans les autres pays les artistes sont dans des meilleures conditions par rapport à nous. On fait doucement avec le public du Bénin aussi, donc on s’y fait, mais la musique peut nourrir son homme puisque depuis que je l’ai commencé euh je ne fais rien à part elle, et tout ce que je possède aujourd’hui c’est grâce à la musique.

Lyric’Art Mag : Comment se passe la collaboration avec les autres artistes musiciens qui font le même genre musical que vous?

EMERCYR : Bon, je pense qu’on est en de bon terme, je collabore avec beaucoup de stars comme Oluwakèmi, Fanicko, Eze kife et Max le rouge pour ne citer que ceux-là euh… (Je profite de votre canal pour lui faire un big up)

Lyric’Art Mag : Un mot sur l’actualité musicale, l’artiste et son public, ça se passe comment ?

EMERCYR : Beh je pense que l’artiste et son public ça va très bien. Juste que le Bénin, c’est un pays qui te pousse à travailler, c’est ce que j’aime chez mon pays ça t’amène à travailler. Si le public béninois t’acclame c’est que ailleurs le public va t’acclamer. Mais si le public béninois ne t’acclame pas, peut-être on peut t’acclamer ailleurs mais le public béninois t’amène à sortir le meilleur de toi-même et à mieux connaitre encore plus ce que tu ne connaissais, voilà.

Lyric’Art Mag : Parlez-nous de votre dernier single en date

EMERCYR : Actuellement le dernier single en promotion, je dois parler de mon duo (LES WINGS) avec Rim Duc, le rappeur. Single que nous avons sorti en septembre de l’année passée et qui suit toujours son parcours de promotion qui a connu une pause entre temps mais ça a repris en attendant de nouveaux singles. Le titre c’est : MON GODO GODO qui est sur notre chaîne YouTube, mais d’autres gros titres que ce soient en solo ou avec le duo qui arrivent.

Lyric’Art Mag : Un projet à venir, un concert à l’horizon ?

EMERCYR : Il y a des tournées qui sont en préparation. Le dernier concert auquel j’ai été associé est celui de Oluwakèmi consacré à la présentation de son dernier album qui a eu lieu le 19 Décembre passé au Concerto …Je remercie au passage tout le public béninois et d’ailleurs qui ont effectué le déplacement. Quelques invitations qui viennent encore du Togo donc bientôt je serai là-bas, comme par le passé.

Lyric’Art Mag : Un mot à l’endroit de vos fans ?

EMERCYR : Beh les fans euh d’abord moi je vous salue, je vous dis merci beaucoup pour la patience, il y en a qui m’écrivent et qui me demandent pourquoi il n’y a pas de singles qui sortent et tout, les singles sont là …On dit souvent l’heure de Dieu est la meilleure. Donc les fans ne soyez pas pressés, on ne fera pas des trucs juste pour sortir, quand on va sortir les singles vous allez aimer, c’est pourquoi tout cela prend du temps. Donc on va lentement et surement. Je vous remercie pour votre fidélité. Vous ne vous trompez pas d’artiste, encouragez-nous toujours, on vous promet du lourd, vous ne serez pas déçus.

Lyric’Art Mag : Comment joindre EMERCYR ?

EMERCYR : Bon pour me joindre, il y a les réseaux sociaux, Facebook & Instagram (Emercyr ou Les wings), YouTube & Snap (Emercyr officiel). Mon email est emercyrb@gmail.com et pour finir vous pouvez me joindre via whatsapp avec le +229 67 90 44 49. Merci beaucoup.

Lyric’Art Mag : Un mot de fin ?

EMERCYR : Beh ça fait plaisir, je remercie LYRIC’ART MEDIA et toute son équipe pour la grâce ou l’honneur et tout ce que vous faites pour la musique béninoise. Et je vous souhaite le courage, foncez encore dur parce que moi je rêve de voir des artistes qui sortiront de terre et qui se feront afficher par LYRIC’ART MEDIA. Je vous tire chapeau et salue l’initiative.

Lyric’Art Mag : Qu’il en soit ainsi. Nous vous remercions également pour ce temps précieux que vous nous avez accordé.

Itw : AKONHOUNKPAN M. Pharès (Pharès Bignon)

 

Lyric’Art Mag N° 0069 – Février 2019, @Lyric’Art Média / AP

Pour lire gratuitement l’intégralité,


Partagez! (Share!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *