Entretien : ALPHA MIM, « ce dont je suis sûr c’est que le raggae appor te une plus – value à la génération consciente »

Partagez! (Share!)

Précurseur de la musique Reggae au Bénin, il ne tarit pas de mots pour dénoncer les faits et comportement avilissant de son temps. Jeune et intègre, adulé pour sa voix et ses chanson, il fait aujourd’hui la fierté de toute une génération et pourquoi pas du Bénin.

Alpha MIM comme il a voulu s’appeler est un artiste complet qui s’est uni définitivement avec l’art dans les années 1998 alors qu’il était encore en faculté au campus d’abomey-calavi. Une aventure qui perdure et porte des promesses sans cesse renouvelées.

Sociologue, Artiste Chanteur Compositeur et Professeur au CEG Hubert Maga à Parakou, Alpha MIM partage avec nous ses succès et ses projets sur ce numéro de votre Magazine.

Lyric’Art Mag: Bonjour Alpha MIM ! Vous revenez de la GAANI à Nikki, quelles sont vos impressions sur cet évènement culturel et touristique d’envergure international ?

Alpha Mim : Bonjour et merci de me recevoir sur ce numéro de votre magazine. Selon moi la Gaani est un rendez vous culturel qui permet aux un et aux autres de se retrouver, de partager les mêmes réalités culturelles. Cela permet aussi à tout curieux de découvrir nos valeurs culturelles endogènes. Pour cette année ce fut un grand succès parce que cela permet de promouvoir nos talents, de valoriser ce que nous avons de plus cher. Toute cette richesse contribue au développement de la commune qui abrite cet grand événement au cours duquel nous avions découvert Nikki dans toute sa dimension culturelle et pendant trois jours nous avions animé des plateaux culturels avec des artistes de renommée nationale et internationale. J’espère que la prochaine Gaani sera encore meilleure.

Lyric’Art Mag : quel regard portez-vous sur le reggae aujourd’hui au Bénin ?

Alpha Mim : le raggae est d’abord un rythme qui ne meurt pas, c’est un rythme qui permet de véhiculer des messages pointus qui permettent d’édifier le peuple. Mon regard par rapport au raggae beninois est que ce n’était pas facile au début d’appréhender ce rythme car les messages véhiculés étaient pour la plupart des morceaux d’amour or le raggae a l’origine est un vecteur de messages qui dénoncent. Mais ma joie est de constater que la plupart des chanteurs raggae savent comment produire une musique raggae avec des messages faciles à adopter par les mélomanes. Donc selon moi le raggae beninois se porte bien et a encore de beaux jours à venir.

Lyric’Art Mag : de 1998 à 2017 le chemin a été long avec à la clé 5 album si mon compte est bon, parlez-nous un peu de votre parcours ?

Alpha Mim : en 1998 j’obtenais mon bac série D et c’est en cette année que j’ai sortie mon 1er album. Quatres autres albums s’en sont suivis jusqu’à ce que je finisse mon cursus universitaire. Après ce fut mon entrée dans le monde de l’enseignement… Et chaque fois qu’il y a des faits d’actualité ou sociaux, j’essaye d’apporter ma contribution pour que tout puisse changer dans le meilleur des cas.

Lyric’Art Mag : avez-vous l’impression que vos cri de coeurs sont entendu ?

Alpha Mim : plus ou moins parce que lorsque nous chantons nous nous adressons à trois cibles, Ceux qui écoutent la voix intéressante de l’artiste et ceux qui s’intéressent aux paroles. Mais il y a toujours ceux qui ne s’intéresse qu’à la danse et qui ne pensent qu’à danser. C’est pour cela qu’on croit à des moments que nous sommes moins écoutés mais de jours en jours les mélomanes s’intéressent de plus en plus au fond des messages. C’est aussi pour cela que nous avons choisi la musique raggae car les messages raggae permettent de changer la mentalité de la jeunesse et même de certains aînés. Ce dont je suis sûr c’est que le raggae apporte une plus-value à la génération consciente.

Lyric’Art Mag : de façon générale pensez-vous que la musique Béninoise à de beaux jours devant elle ?

Alpha Mim : de beaux jours ? Je pense que oui. Au début ce n’était pas facile car une chose est de permettre à un artiste de valoriser son talent, une autre chose est d’avoir le soutien qu’il faut. Nous avons le Ministère de la Culture, le BUBEDRA, nous avons le Fond des Arts et Cultures qui aidait les artistes en son temps. C’est vrai que le système a changé, l’état beninois est sûrement en train de prendre d’autres mesures pour faire valoir nos talents. Je crois que la musique béninoise prend de l’envol car la jeunesse a compris que c’est un terrain de concurrence. Aujourd’hui on peut écouter une play liste 100% made in bénin au cours des soirées or entre temps on virait très vite aux musiques ivoiriennes ou congolaises.

Lyric’Art Mag : avez-vous un projet qui vous tient à coeur dont vous aimeriez en parler ?

Alpha Mim : j’ai mon prochain album en plein finition et un festival en vue. Vous serez informés au moment venu.

Lyric’Art Mag : quels sont vos plus beaux souvenirs en tant qu’artiste ?

Alpha Mim : mes plus beaux souvenirs sont les différents festivals et les rendez vous culturels organisés par l’état auxquels je suis invité. Cela prouve réellement qu’en tant qu’artiste, je suis vraiment suivi. Et c’est avec grande fierté que je répond chaque fois à l’appel de la république.

Lyric’Art Mag : Vous êtes aussi Professeur…., comment gérer vous les deux passions ?

Alpha Mim : très belle question….. Moi je dis que les deux vont de pairs car me retrouver avec mes élèves, c’est me retrouver face à un public réduit, et je continue juste mon rôle de moralisateur. J’ai mon temps pour préparer mes fiches, dispenser mes cours comme cela se doit. Et pour mes morceaux je compose souvent les week-ends, en voiture ou a moto, partout même sous la douche je chante. Bref c’est la vie qui m’inspire donc il n’y a pas de chevauchement entre ma carrière d’enseignant et d’artiste.

Lyric’Art Mag : que direz-vous à vos fans ?

Alpha Mim : je dirai d’abord merci à mes fans car c’est eux qui font ce que je suis et je les aime tous. Je leur demanderai juste de bien vouloir me faire part des critiques pour pouvoir perfectionner mon art et grandir pour leur faire plus plaisir.

Lyric’Art Mag : Un appel à lancer ?

Alpha Mim : juste rappeller que le prochain album de ALPHA MIM est pour bientôt et il seront surpris par ce produit de qualité qui fera leur honneur et celui de la nation.

Lyric’Art Mag : votre mot de fin

Alpha Mim : merci beaucoup à Lyric’Art Média de me recevoir, de penser que ALPHA MIM mérite de paraître dans votre Magazine. Je vous souhaite assez de courage car ce n’est vraiment pas facile. Merci pour l’honneur et la considération.

Lyric’Art Mag : C’est nous qui vous remercions pour l’honneur et la consideration et vous souhaitons bon courage aussi…

 

Lyric’Art N° 0046 – Octobre 2017, Interview : Sinclair Fadonougbo

Pour lire gratuitement l’intégralité,


Partagez! (Share!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *