BROUILLE ENTRE LES CONDUCTEURS DE TAXI-MOTO ET LA MAIRIE DE PARAKOU : LE SECRETAIRE GENERALE DE LA MAIRIE CLARIFIE

Partagez! (Share!)

BROUILLE ENTRE LES CONDUCTEURS DE TAXI-MOTO ET LA MAIRIE DE PARAKOU : LE SECRETAIRE GENERALE DE LA MAIRIE CLARIFIE

Depuis ce Lundi matin Parakou vit une situation exceptionnelle, Les conducteurs de Taxi-Moto ont décrétés une ville sans Zémidjan communément appelé zé (conducteurs de taxi-motos) et organisent une patrouille dans toute la ville pour maintenir empêcher d’éventuelles récidivistes d’exercer ce jour.

Tout est parti d’une décision de l’administration communale visant à faire payer aux zé de Parakou une somme de 25000 F CFA afin d’exercer en toute sécurité dans la commune, réforme que les bénéficiaires ne voient pas d’un bon œil en ces temps de conjoncture.

Approché, les conducteurs de Taxi-Moto ont estimés qu’ils n’ont pas été concertés et que cette somme serait dérisoire et abusive pour un métier qui ne payent pas et durant lequel ils sont constamment exposés à toutes sortes de risques sans grand secours de la Mairie.

De quoi s’agit-il réellement ?

Nous avons tendu notre Micro au Secrétaire Générale de la Mairie de Parakou pour en savoir plus

Lyric’Art Média : Bonjour SG, depuis ce matin nous avons constatés un mouvement de débrayage des conducteurs de taxi-motos dans la ville de Parakou, une situation qui résulterait d’une décision de la Mairie. De quoi s’agit-il réellement ?

SG Mairie Parakou : Lorsque le Maire Charles TOKO a pris les rênes de la mairie, il y a un certains nombres de réforme qui ont été entreprises aux nombres desquelles la réforme du secteur des taxi-motos communément appelé Zé à Parakou.

Il s’agit de réorganiser en profondeur le secteur de manière à ce que l’activité soit menée par des professionnelles, des gens qui en ont fait l’option et qu’un minimum de sécurité soit pris pour qu’ils soient facilement identifiable. A cet effet, il a été retenu de commun accord avec leurs représentants de changer la tenue, d’immatriculer la moto, de leur donner des cartes qui constituent des identifiants pour chacun d’eux, de leur faire obtenir le permis de conduire et un certain nombre de pièces à savoir le casier judiciaire, la visite médicale…

Depuis ce matin nous avons observés que certains d’entre eux n’ont pas adhérés à la réforme au motif que le coût d’obtention de l’ensemble des pièces sus-cités serait exhorbitant, cette somme fixée à 25000F CFA y compris le Droit Taxi pour l’année. En terme clair c’est autour de 19000 la réforme puisque le droit taxi qui est de 6000 l’an était déjà un acquis. Ils ont donc estimé que ce coût était prohibitif et aussi que le changement de la blouse n’était pas accommodé, en gros, ils rejettent la réforme dans son ensemble et c’est ce qui justifie le mouvement de débrayage observé dans la ville depuis ce matin.

Nous avons déjà pris langue avec un certain nombre d’entre eux pour leur expliquer le bien fondé d’aller négocier ou d’aller rencontrer l’administration afin qu’on tombe sur un point d’accord parce que c’est autour du dialogue qu’on peut convenir de ce qu’il convient de faire. Toujours est-il que l’organisation de réforme dans un secteur comme celui-là où beaucoup de reproche leur sont fait en termes d’insécurité, d’atteinte à la liberté des citoyens n’est pas facile mais il est fondamental que nous y arrivons et cela relève des compétences du Maire.

Il s’agit des questions de sécurité, des questions de quiétude et de paix des populations et il n’était donc pas admis que le maire ferme les yeux ou baisse les bras pour laisser faire. C’est normal que toute réforme rebute, mais dès lors qu’elle est justifiée, il va falloir aller jusqu’au bout et je pense qu’un terrain d’entente sera trouvé dans les prochains jours.

Lyric’Art Média : Justement par rapport au coût, beaucoup se plaignent surtout du caractère mensuel selon les conducteurs de taxi-motos rencontrés. Qu’en dites-vous ?

SG Mairie Parakou : il doit avoir fondamentalement un problème de communication. Aucun prix de 25000 n’a été fixé mensuellement et d’ailleurs ce sont aussi nos parents qui exercent le métier donc on est conscient de la situation. Le coût de 25000 constitue la réforme en elle-même et est payé une seule fois. Le reste au fil des autres années, c’est juste les 6000 de droit taxi qu’ils avaient l’habitude de payer. C’est lorsque vous voulez entrer dans le secteur pour obtenir les différentes pièces qui ont été demandés que vous réunissez 25000 et cela inclut 2 blouses qui sont à 6000, le droit taxi qui est à 6000, la carte assortie d’un minimum de sécurité de manière à ce que même en cas de perte le voleur ne puisse en faire usage… a vrai dire pour cette réforme la municipalité n’en tire rien mais il était question de réunir au moins le nécessaire pour leur remettre l’outillage de travail. A aucun moment il n’a été demandé de leur demander de payer cette somme mensuellement.

Lyric’Art Média : Merci, Mr Félix M’POCHA, je rappelle que vous êtes le Secrétaire Générale de la Maire de Parakou. Merci pour votre disponibilité.

SG Mairie Parakou : C’est moi qui vous remercie.

ITW :  Sinclair FADONOUGBO,  Octobre 2017


Partagez! (Share!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *